matt_pokora_g

Si la quête rétrospective s'est interrompue depuis quelques mois, elle le fut au profit de nouveaux projets qui génèreront eux-mêmes le partage de souvenirs.

A l'image de la conquérante et impétueuse ambition d'un CLAUDE_LEVI_STRAUSSMatt Pokora sur le flex, le blog est de retour pour tout péter... euh, déconstruire, voulais-je dire au sens de la démarche structuraliste straussienne investiguant les mythes et mythèmes, les soubassements de nos cultures, rites et croyances. Oui, là, je crois que ça colle davantage à ce qu'on fait ici, toute approximation et généralisation abusive mises à part !

Je profite de la redynamisation de notre espace d'échanges (que j'espère durable) pour saluer mon maître initiateur à la cause sémiologique, j'ai nommé Jean-Didier Urbain, anthropologue, professeur en sciences du langage appliquées aux sciences sociales (Université de Versailles/ Saint-Quentin-en-Yvelines), et Directeur de recherches en Sciences du langage (Université de Paris V-Sorbonne, département de Linguistique Générale et Appliquée). Il est membre de plusieurs groupes de recherche 6567_1s'appliquant à étudier les questions du voyage et du tourisme, topiques dont il est maintenant passionné depuis plus d'une dizaine d'années.

Il est en autre l'auteur de L'idiot du voyage (Payot, 1993), Sur la Plage (Payot, 1995), Ethnologue mais pas trop (Payot, 2003) ou encore Paradis Verts (Payot, 2008). J'ai encore le souvenir de sa brillante analyse de la BD belge du premier quart de siècle, de son habile mise en abîme du Voyage au Centre de la Terre ou encore de ses décryptages labellisés CQFD de panneaux publicitaires rapprochant entre les lignes l'enrôlement militaire du mythe fondateur d'une nation.

Atypique parmi les sociologues (le port du Lacoste vert pastel catogané s'oppose au complet velours soixante-huit450032523ard barbu), coupable de traîtrise pluridisciplinaire pour les uns, collabo éhonté fricotant avec le monde des journaleux pour les autres, Jean-Didier Urbain représente pour son auditoire cette ouverture rare qu'un lettré offrirait au scientifique ou que le sauvage exotique délivrerait à l'homme contemporain. Si quelques esprits piquants croient à la supercherie du personnage, j'atteste sur l'honneur que ses lunettes, sa moustache et son nez sont authentiques et ne s'apparentent en rien aux quelconques articles d'un magasin de farces et attrapes !

Si Allah le veut bien, il sera dans les mois à venir l'invité très spécial de nos pages. D'ici là, je vous convie à suivre en ligne une conférence que JDU (ou Jean-Didou, comme on préfère) a tenue en 2000 sur les problématiques de tourisme et de mobilité (Gaël et Elodie de Brest pourraient être intéressés par le traitement du sujet). Bien évidemment, vos contributions demeurent les bienvenues pour alimenter ce thème intarissable qu'est la rétrospection.

A toute de suite pour de nouveaux partages !